Un rapport interne du ministère britannique de la défense détaille les différentes raisons expliquant les difficultés que rencontre la Royal Navy pour constituer les équipages de ses sous-marins nucléaires. Les chiffres officiels montrent qu’il manque 250 marins dans les forces sous-marins : seuls 2.100 des 2.280 postes “machine” et 560 des 630 postes “opérations” sont occupés. Entre 2013 et 2017, 1.080 sous-mariniers ont quitté les forces sous-marines britanniques.

Le rapport explique que l’éventualité de l’indépendance de l’Ecosse revêt un « caractère critique » pour certains sous-mariniers qui ne veulent pas déménager avec leur famille vers la région de Faslane, où les sous-marins sont basés.

La paie peu élevée, le manque de reconnaissance pour leur travail et l’image « embarrassante » de la Royal Navy dans le public, sont aussi des facteurs cités.

Le rapport explique que « la question de l’indépendance de l’Ecosse revêt un aspect critique pour certains sous-mariniers qui ne veulent pas déménager et vivre avec leur famille dans la région de Faslane. »

Un autre facteur participant aux difficultés de convaincre les équipages de déménager vers le nord est que de nombreux officiers supérieurs n’habitent pas sur place.

« Une part considérable des membres d’équipage des sous-marins prennent l’avion pour rentrer chez eux chaque week-end lorsque leur sous-marin est à quai. Nombreux sont ceux qui ont noté que les officiers supérieurs n’habitent sur place et prennent eux aussi l’avion pour rentrer chez eux. »

Référence :

The National (Grande-Bretagne)