• Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 octobre 2018.

La ministre des Armées, Florence Parly, est attendue jeudi matin, à l’Île-Longue, pour célébrer la 500e patrouille d’un sous-marin nucléaire de la force de dissuasion. Quarante-six années d’une mission ininterrompue réalisée avec la même exigence et une rigueur absolue ! 500 patrouilles sans incident majeur, accident ou décès, pour une performance enfin mise en lumière. La (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 1000
  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 2 octobre 2018.

Le lundi 24 septembre, le vice-amiral d’escadre Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique (ALFOST) s’est rendu à Norfolk aux Etats-Unis. A cette occasion il a rencontré son homologue américain, le Vice-Amiral Charles Richard, commandant des forces sous-marines des Etats-Unis (COMSUBFOR) à bord du sous-marin (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 21 septembre 2018.

Un peu d’histoire : le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français (SNLE), le Redoutable a appareillé pour sa première patrouille le 28 janvier 1972. Celles-ci duraient de 55 jours de mer au début à 75 jours à la fin de sa carrière (photo Marine nationale). Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 21 septembre 2018.

Le lundi 24 septembre 2018 à 11h00, le contre-amiral Antoine Lecoq, adjoint au commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique, fera reconnaitre le capitaine de vaisseau Olivier Burin des Roziers comme commandant de l’équipage rouge du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Vigilant. Il succède ainsi au capitaine de vaisseau Rémi Thomas. (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 18 septembre 2018.

Lundi à La Seyne sur Mer, une cérémonie a marqué la reconstitution de l’équipage rouge du sous-marin nucléaire d’attaque Rubis et sa prise de commandement par le capitaine de frégate Pierre Leroy. Dissous il y a quelques mois lors de l’entrée du sous-marin en ATM (arrêt technique majeur), l’équipage a été reconstitué ce lundi afin de pouvoir prendre en charge les opérations (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 18 septembre 2018.

Cinq sous-marins nucléaires de première génération vont être déconstruits sur le site de Cherbourg. La première coque, celle du Tonnant, est entrée la semaine dernière dans le bassin de Naval Group où les opérations de dépollution et de désamiantage ont commencé. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 septembre 2018.

La marine nationale, qui doit sans cesse s’adapter aux menaces, est en train de mettre au point une nouvelle génération de sous-marins nucléaires d’attaque. En effet, le Barracuda est en cours de construction à Cherbourg, sur le chantier de Naval Group. Ce programme est développé dans la plus grande confidentialité. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 5 septembre 2018.

Confiée à Naval Group, la déconstruction d’un premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français de première génération va débuter dans les jours qui viennent à Cherbourg. Le calendrier se déroule conformément à ce qui est prévu dans le contrat notifié en octobre 2016 par la Direction Générale de l’Armement, qui a supervisé précédemment le démantèlement des installations (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 7 août 2018.

Après un cycle de 77 jours de mer et plus de 1 475 heures de plongée, le sous-marin nucléaire d’attaque Casabianca a retrouvé Toulon, son port-base, le 31 juillet. Sa patrouille, ou « cycle », s’est principalement déroulée en Atlantique. Au cours de ses missions, le sous-marin a notamment participé à l’entraînement opérationnel Catamaran. Retrouvez l’article sur le (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 26 juillet 2018.

Le sous-marin nucléaire d’attaque Saphir sera désarmé dès 2019. Deuxième des six SNA de la classe Rubis, il avait été admis au service actif en 1984. Sa carrière opérationnelle aura donc duré trente-cinq ans. Premier sous-marin de sa classe à être désarmé (Le Rubis est prolongé jusqu’en 2020), il sera remplacé, à une date encore incertaine, par le Duguay-Trouin, de la classe (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 25 juillet 2018.

Lancé en 2010, le programme de refonte des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d’engins du type Le Triomphant entre dans sa phase finale. Après quasiment 20 mois de cale sèche dans le bassin 8 de la base navale de Brest, Le Téméraire, dernier bâtiment à bénéficier de cette modernisation, a été remis à l’eau. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 22 juillet 2018.

Le sous-marin Le Téméraire a rejoint l’Ile Longue, vendredi après plusieurs mois de travaux à la base navale de Brest. Il est désormais prêt à être chargé de nouveaux missiles M51. Retrouvez l’article sur le site du journal.

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 21 juillet 2018.

Le vendredi 20 juillet 2018, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Téméraire, est sorti du bassin 8 de la base navale de Brest après 19 mois d’indisponibilité pour entretien et réparations (IPER) et adaptation au missile M51. Cela représente 4 millions d’heures de travail, 1100 personnes mobilisées et 45 sociétés sollicitées. Ce chantier s’est déroulé sous la (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 20 juillet 2018.

Vendredi 20 juillet 2018, Le Téméraire va sortir du bassin 8 de la base navale de Brest. Depuis 19 mois, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins était indisponible pour entretien et réparations et adaptation au missile M51. Il est d’ailleurs le dernier sous-marin nucléaire à être adapté à ce standard. Actuellement dépourvu de combustible nucléaire, il traversera la rade (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 13 juillet 2018.

Fierté et humilité, deux qualités que le président de la République avait attribuées aux sous-mariniers, lors de sa plongée à bord du Terrible, le 4 juillet 2017. Ce sont ces mêmes qualités qui viennent à l’esprit quand on écoute les quatre officiers féminins qui viennent de passer plus de deux mois et demi sous l’eau. Fierté, car c’est une première et de défi a été relevé. (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 juillet 2018.

Comme leurs 110 collègues masculins, Camille, Harmonie et Pauline ont eu le droit à un baptême en règle à leur arrivée à bord du Vigilant, l’un des quatre sous-marins nucléaires basés à l’Ile Longue, dans le Finistère. « La désignation d’un parrain, et l’absorption d’un bol d’eau de mer et d’un verre de champagne », précise le capitaine de frégate Matthieu, commandant en second du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 juillet 2018.

Alors que les quatre premières femmes sous-mariniers viennent de rentrer de leur première patrouille, la Marine nationale a décidé d’adopter la mixité pour un second équipage de sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE). Ces officiers féminins, en cours de formation, devraient intégrer dans les prochaines semaines l’équipage de leur futur bâtiment. Retrouvez l’article (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 juillet 2018.

La ministre des Armées, Florence Parly, a reçu les quatre premières femmes officiers à servir à bord d’un sous-marin français. Elle a souhaité mettre à l’honneur ces pionnières qui reviennent d’une patrouille de plus deux mois à bord de l’un des quatre sous-marins nucléaires lanceur d’engins (SNLE) dont dispose la France. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 19 juin 2018.

Le 1er mai dernier, le vice-amiral d’escadre (VAE) Bernard-Antoine Morio de l’Isle a succédé au VAE Louis-Michel Guillaume à la tête des Forces sous-marines (FSM) et de la Force océanique stratégique (Fost). Cols Bleus a rencontré le VAE Guillaume au moment où il quitte l’institution. Retrouvez l’article sur le (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 juin 2018.

Le processus de parrainage du SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engin) Le Terrible, né en 2017 entre la Marine nationale et le conseil départemental, fait route vers le cap final. En fait, un protocole statutaire prévoit que l’accord du chef d’état-major de la Marine, soit paraphé par les Villes marraines, association créée en 1986 dans un but de neutralité entre la (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 1000