Des bâtiments de l’US Navy ont commencé le 12 juin, aux côtés de leurs homologues péruviens, un exercice bilatéral de lutte anti-sous-marine (ASM), baptisé Silent Forces Exercise (SIFOREX) 2008.

L’exercice qui se déroule au large de Callao, rassemble 2 destroyers lance-missiles, une frégate lance-missile, 2 hélicoptères SH-60B américains pour une durée de 6 jours.

SIFOREX, qui se concentre exclusivement sur la lutte ASM, est le plus long exercice de ce type auquel des unités américaines participeront cette année.

De son côté, la marine péruvienne aligne 2 frégates et un navire amphibie qui s’associeront aux navires américains pour pratiquer la lutte ASM contre 4 sous-marins classiques péruviens U-209 – les Antofagasta, Arica, Pisagua et Chipana.

Le Lt. Cmdr. Darrel Capo, le principal organisateur de SIFOREX, a expliqué que, au fur et à mesure du déroulement de l’exercice, chaque événement devient plus complexe et les participants devront améliorer leur interopérabilité pour trouver les sous-marins "ennemis".

"Nous avons mis en place une série d’exercices de plus en plus complexes et qui culminent avec un scénario de jeu libre," a-t-il précisé. "Le groupe de bâtiments de surface et d’hélicoptères va participer à des scénarios de lutte ASM de difficulté croissante afin de localiser et de trouver plusieurs sous-marins au cours de la semaine."

L’intensité des exercices va exiger précision et concentration de la part des équipages des hélicoptères, des bâtiments de surface et des sous-marins sur de longues périodes.

L’Enseigne Dean Ahn, officier ASM d’un destroyer, se dit prêt à relever le défi avec son équipe.

"Nous n’avons pas eu beaucoup d’opportunité d’effectuer des opérations ASM réelles. Grâce à SIFOREX, le dernier exercice ASM de ce déploiement, mon équipe va travailler dur."

SIFOREX dispose de suffisamment de temps et de scénarios adaptés au niveau de chacun pour donner aux forces de chaque pays l’opportunité d’apprendre de ses homologues.

Le Capitaine Jose Del Alamo, commandant des forces sous-marines du Pérou, a déclaré que l’exercice représentera un défi pour chaque équipe.

"Je pense que c’est un exercice très robuste. Chaque année, nous nous améliorons, ce qui permet de rendre l’exercice plus difficile. Sur chaque bâtiment, le commandant sera soumis à des pressions très dures," a indiqué Del Alamo.

Référence :

US Navy