L’adjoint-commandant des forces navales espagnoles, l’amiral Manuel Garat, a fait une déclaration qui n’a pas manqué d’attirer la curiosité de la presse madrilène, en disant que son pays était exposé à des attaques venant aussi bien du Portugal que d’Algérie, en reconnaissant tacitement que l’Espagne commençait à perdre le contrôle des eaux de la péninsule ibérique méridionale face à la marine algérienne qui, avec sa flotte de sous-marins, s’y impose comme première puissance.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

Algérie patriotique