Le 12 janvier dernier, un sous-marin nucléaire chinois a été repéré à proximité d’îles de mer de Chine Orientale, revendiquées par les 2 pays. Un sous-marin de la classe Song a fait surface dans les eaux internationales, un pavillon chinois au mat, après avoir été pisté pendant 2 jours par la marine japonaise. Selon des experts militaires, ce type de sous-marins pourrait être trop facile à repérer.

Pour certains experts, la marine japonaise a contraint le sous-marin à faire surface. Pour d’autres, il n’y a pas assez d’informations pour soutenir cette théorie. Le ministère chinois de la défense a refusé de répondre aux questions.

Ce qui est certain, c’est que le sous-marin s’est approché à moins de 24 nautiques des îles Diaoyu, revendiquées aussi par le Japon sous le nom de Senkaku. Elles sont situées entre Taïwan et l’île japonaise d’Okinawa.

C’est la première fois qu’un sous-marin chinois s’approche autant des îles, ce que certains ont interprété comme une démonstration de la Chine de ses revendications sur les îles.

Mais le ministère japonais de la défense a révélé que ses navires et avions de lutte anti-sous-marine suivaient le sous-marin chinois depuis le 10 janvier. Pour des experts, ce pistage précoce et continu pourrait laisser supposer que le sous-marin n’est pas aussi discret qu’il le devrait.

Le premier sous-marin nucléaire de la classe Song (Type 093) est entré en service en 2006. 2 exemplaires ont été construits dans les années 2000 et au moins 2 autres d’une version améliorée, le Type 093A, ont été mis en service en 2016, selon un rapport américain publié en 2017.

Si le Japon n’a pas précisé le type du sous-marin, pour les experts, il s’agit d’un Type 093A. Il serait équipé d’un système de lancement vertical de missiles de croisière anti-navires YJ-18. Les spécialistes s’attendaient à ce qu’il soit au niveau des sous-marins américains de la classe Los Angeles, ou au moins beaucoup plus silencieux que son prédécesseur notoirement très bruyant, le Type 091 Han.

« C’est une honte pour la marine, » a déclaré une source militaire chinoise, ajoutant que le sous-marin avait été détecté parce qu’il était « trop bruyant ».

Cet incident met aussi en lumière les capacités de lutte anti-sous-marine japonaise, qui dispose du soutien technologique de la marine américaine.

Il est aussi très inhabituel qu’un sous-marin nucléaire, qui pourrait rester en plongée pendant des mois, fasse surface à proximité de bâtiments d’une autre marine. Ils font généralement tout ce qu’ils peuvent pour rester invisibles et indétectables.

« Une fois qu’un sous-marin a été repéré et que sa signature acoustique unique a été enregistrée, cela le met dans une situation désavantageuse, » souligné un expert militaire.

Référence :

South China Morning Post (Hong Kong)