Un manquement aux règles de sécurité sur la base sous-marine de Faslane (Ecosse) a entrainé l’exposition de 20 ouvriers à des radiations nucléaires, alors qu’ils réparaient une fuite sur un réservoir à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins britannique. Cet incident apparait sur des documents récemment rendus publics par la Royal Navy.

Selon le rapport, les ouvriers ont été exposés à une faible dose de radiation ionisante, alors que le réacteur tout proche subissait des essais. Selon le ministère britannique de la défense, personne n’a été blessé lors de cet incident, survenu en aout 2012.

Le rapport indique : « De façon prolongée et répétée, l’équipage du sous-marin a été dans l’incapacité de comprendre et contrôler le danger radiologique qu’il provoquait. » Le rapport cite aussi une « mauvaise communication » et « un manque de compréhension de l’importance des dangers présents lors de l’activité d’un réacteur » comme des facteurs contributifs.

Un des rapports rendus publics indique qu’en avril 2012, une équipe en formation a été autorisée à entrer en zone de protection radiologique sans recevoir de dosimètres, des équipements qui mesurent l’exposition aux radiations ionisantes.

En une autre occasion, un marin travaillant à bord d’un sous-marin à quai, a emporté avec lui un bouchon sans contrôler sa contamination. En décembre 2013, un ouvrier s’est exposé aux radiations, en enlevant des grilles d’un réservoir extérieur et en mettant la tête dedans.

Un porte-parole du ministère souligne que « la sécurité sur la base de Faslane est d’une très grande importance. Aucun de ces événements cités dans ces documents n’ont eu la moindre conséquence pour le personnel ou le public. Des enquêtes ont été menées et des mesures ont été mises en place pour éviter leur répétition. »

Référence :

International Business Times (Grande-Bretagne)