Ce 23 octobre, cela fait exactement 25 ans que des inconnus ont précipité un camion piégé sur un immeuble de neuf étages situé dans le quartier de Ramlet El Baida, occupés par des militaires français du 1er régiment de chasseurs parachutistes. Ils l’ont baptisé « le poste Drakkar ».

Ce 25è anniversaire sera commémoré à Pamiers (Ariège), où se trouve aujourd’hui cantonné le 1er RCP, par une cérémonie en présence du secrétaire d’état à la défense et aux anciens combattants, Jean-Marie Bockel.

Ce crime est d’autant plus inqualifiable que les 58 victimes étaient pour la plupart de jeunes appelés volontaires du contingent, venus pour une opération de maintien de la paix.

Les responsables de l’attentat, perpétré quelques minutes après celui contre des Marines américains qui a fait 241 morts, n’ont jamais été clairement identifié. Certains accusent le Hezbollah, mais celui n’existait pas avant 1985.

Aujourd’hui, pourtant, rares sont les journaux français à rappeler cet attentat. Une recherche sur Google News ne montre que 3 articles.

Les 58 morts de l’immeuble « Drakkar » ne mériteraient-ils pas plus de respect et de souvenir pour leur sacrifice ?