Lors de mes rencontres avec certains des visiteurs réguliers du site, nombreux sont ceux qui posent des questions du type "Ça doit être difficile de trouver ces informations ? Et le site à gérer..." Pour y répondre, pour la première fois, le “Rédacteur en chef” a accepté de prendre la parole...

Gilles Corlobé : Bonjour, comme on se connaît depuis longtemps, je ne vais pas semblant, je vais te tutoyer si tu es d’accord...

Le rédacteur en chef : Bonjour, pas de problème. C’est que depuis presque 5 ans, on se voit presque tous les jours et on se dit tu...

GC : La première question que me posent les visiteurs que je rencontre, c’est "Comment faites-vous pour trouver autant d’informations ?"

RC : Pour quelqu’un qui ne connait pas, cela peut effectivement paraitre surprenant. Mais il faut savoir que de nombreuses informations sont disponibles librement sur Internet. Le plus difficile est alors de les retrouver.

Pour ma part, j’utilise le moteur de recherche Google, la version spécialisée dans l’actualité : Google News. Avec les mots clé adéquats (comme frégate ou marine), on trouve déjà beaucoup de choses.

Et puis, avec le temps, j’ai trouvé des sites qui semblaient donner souvent des informations intéressantes. Je les visite donc eux-aussi à chaque recherche.

Après avoir choisi les articles intéressants, il ne reste plus qu’à les mettre en ligne et, pour ceux qui sont en anglais ou en espagnol, à les traduire.

GC : Mais cela doit prendre beaucoup de temps, de faire ces recherches, non ?

RC : En fait, pas vraiment. Au total, il me faut moins d’une heure pour parcourir les différents sites sur lesquels je trouve mes informations. Le plus long — et le plus difficile — est alors de traduire les articles qui ne sont pas en français.

GC : Et le codage de la page, la construction des menus à chaque fois que tu ajoutes un article, ce n’est pas trop compliqué ? Et les photos, les vidéos ?

RC : Il y a un truc, je l’avoue. Je ne code pas directement chacune des pages du site. J’ai défini un squelette, un canevas qui décrit l’apparence de chacune des types de pages du site : sommaire, article, brève... Et dans la partie "Rédaction" du site, j’ajoute les pages comme si je travaillais avec un traitement de texte. C’est le "logiciel" que le serveur utilise, SPIP, qui mélange les 2 — canevas et contenu — pour créer la page visible sur le site.

Cela permet d’ajouter des pages sans se soucier des liens dans les menus, de modifier le canevas "article" par exemple et tous les articles, même les plus anciens, auront la nouvelle apparence.

GC : Ça fait maintenant presque 5 ans qu’on se connait, que le site existe. Comment tout a commencé ?

RC : Eh bien, cela a commencé tout doucement. Au départ, c’était plus un essai qu’autre chose. Je voulais voir comment ça marchait. Et puis, progressivement, j’ai commencé à faire ce qu’on appelle aujourd’hui un blog : je mettais en ligne des informations qui me paraissaient intéressantes dans toutes sortes de domaines, pas seulement la marine et les sous-marins.

Au tout début, j’ai utilisé un "moteur" de site qui s’appelle PHP-Nuke. Il suffisait largement à l’utilisation que j’en faisais et au tout petit nombre de visiteurs que j’avais. D’ailleurs, j’hébergeai le site sur mon PC perso.

Et puis, progressivement, je me suis rendu compte que je trouvais assez souvent des informations qu’on ne retrouvait pas ailleurs — en tout cas en français, pas même sur le site de la Marine Nationale.

J’ai donc commencé à mettre en ligne ces informations que je trouvais ici et là. Ce n’était d’ailleurs pas aussi systématique que maintenant. C’était une information de temps en temps.

GC : Et puis de plus en plus...

RC : Oui, il y en a eu de plus en plus. J’ai d’abord changé de moteur de site pour passer à SPIP. Il y avait une raison fondamentale : on est beaucoup plus libre de l’apparence du site qu’avec PHP-Nuke et autres moteurs du même type.

Le deuxième changement est arrivé peu après : la nouvelle adresse. Les premiers visiteurs se souviennent peut-être d’une adresse en homeftp.org... J’ai acheté un nom de domaine dans des îles du Pacifique (parce que c’était moins cher).

Et enfin, devant l’augmentation constante du nombre de visiteurs, j’ai été obligé de déménager le site : désormais, il est hébergé par un professionnel.

GC : Et cela ne gêne pas la Marine Nationale ?

RC : Pas du tout. D’abord, je prends mes précautions. Je ne publie que des informations qui sont déjà disponibles sur Internet. Lorsque j’obtiens des informations de première main, je vérifie toujours auprès du SIRPA ou des services régionaux que l’information peut être publiée.

Et puis, j’ai crû comprendre que cela permettait à certains, dans la Marine, d’apprendre certaines choses plus vite que par la voie interne.

GC : Et l’argent dans tout ça ?

RC : Il y a effectivement de la publicité sur le site. Cet argent sert principalement à payer l’hébergement et le nom de domaine. Et puis comme il est déclaré, il faut payer les impôts...

GC : Eh bien merci d’avoir répondu à mes questions. J’espère que tu continueras encore longtemps.

RC : Merci à toi.