Des batteries lithium-ion défectueuses pourraient avoir déclenché l’incendie mortel à bord du sous-marin nucléaire russe AS-31, qui a fait 14 morts parmi les membres d’équipage.

Moscou reste silencieux à propos de cet incident, à cause du secret qui entoure les activités du sous-marin AS-31 Losharik. Lors de l’enterrement des marins, un officier de marine a prétendu qu’ils étaient morts en empêchant une catastrophe mondiale, faisant allusion à une menace venant du réacteur nucléaire.

Une histoire différente commence à se faire jour. Des enquêteurs expliquent que la cause de l’incendie serait en fait des batteries défectueuses.

Le sous-marin était équipé de batteries lithium-ion fabriquées en Russie pour remplacer des batteries plus anciennes, mais éprouvées, fabriquées en Ukraine.

Ces batteries sont l’un des nombreux composants que l’armée russe achetait en Ukraine jusqu’en 2014 et l’annexion de la Crimée. En représailles, l’Ukraine a interdit la vente d’équipements militaires, forçant la Russie à développer en urgence des alternatives.

L’un des principaux éléments concernés étaient des turbines diesel destinés à certains bâtiments de surface. La construction de toute une classe de frégates a dû être suspendue le temps que les industriels russes soient capables d’en construire.

Référence :

The Guardian (Grande-Bretagne)