Le projet indien Project-75, qui prévoit la construction de 6 sous-marins Scorpène au chantier naval de Mumbai, avait déjà 5 ans de retard au moment où le 1er exemplaire, l’INS Kalvari, a été admis au service actif le 14 décembre 2017. La marine indienne constate une série de problèmes à bord du 2è sous-marin, l’INS Khanderi. La marine refuse d’accepter le Khanderi tant que tous les défauts constatés n’ont pas été entièrement corrigés, ce qui pourrait prendre un an.

Le problème le plus inquiétant que la marine indienne a découvert lors des essais à la mer du Khanderi est que ses moteurs et ses hélices émettent un niveau de bruit trop élevé.

La survie du sous-marin, et son efficacité au combat, repose sur le fait qu’il demeure indétectable.

Ce n’est pas le seul problème à bord du Khanderi : la marine indienne a constaté 35 autres défauts et exige qu’ils soient réparés avant qu’elle n’admette le sous-marin au service actif. Une fois que ces problèmes auront été réparés, encore faudra-t-il à nouveau contrôler ces réparations à la mer. Or, 29 d’entre eux nécessitent pour cela une mer absolument calme (état de mer 1). Avec l’approche de la mousson, une mer aussi calme est improbable avant le mois de septembre.

Quatre autres défauts nécessitent que le sous-marin passe en cale sèche pour être contrôlés. Or, les cales sèches sont très utilisées par de nombreux autres bâtiments.

Le 3è exemplaire, l’INS Karanj, vient juste de commencer ses essais. On ignore encore s’il est aussi concerné autant de problèmes que le Khanderi.

Référence :

Business Standard (Inde)