Quelques 30 marins formaient ce vendredi une chaîne humaine sur le quai de Singapour : ils embarquaient des caisses pour ravitailler le BPC Dixmude, actuellement accosté à la base navale de Changi. Mais tous n’étaient pas des marins français. Il y avait aussi des marins britanniques : tous participent à la mission Jeanne d’Arc 2018, une mission opérationnelle permettant de mettre en condition réelle des officiers-élèves de la marine nationale et de marines amies.

Il y a une trentaine de marins de la Royal Navy, avec 2 hélicoptères Wildcat. Au départ de Toulon, il y avait aussi des militaires espagnols et 45 membres de l’US Marine Corps.

L’ambassadeur de France à Singapour, Marc Abensour, a expliqué que la mission participait de la proposition française, que des bâtiments européennes naviguent de façon coordonnée dans les eaux d’Asie du sud-est pour renforcer un ordre maritime basé sur les règles internationales et assurer une présence « régulière et visible » en mer de Chine méridionale.

Il a souligné que « cette mission est une manière de démontrer notre engagement envers la sécurité de la région Indo-pacifique. Il est important pour la France d’être présent de façon régulière dans cette partie du monde. Cette mission est complémentaire de notre présence permanente et elle permet d’améliorer les opportunités de développer nos partenariats dans la région. »

Le BPC Dixmude et la frégate Surcouf ont effectué un exercice de type PASSEX (Passage Exercise) avec des bâtiments de la marine de Singapour. « Cet exercice s’est déroulé les 6 et 7 juin avec des entraînements de tir sur cible et des exercices de manœuvre, » explique la marine de Singapour. « Il s’est déroulé dans le sud de la mer de Chine méridionale, où la marine de Singapour effectue habituellement ses exercices. »

Référence :

The Strait Times (Singapour)