La France va envoyer au printemps 350 marins à bord d’un porte-avions de l’US Navy, ont indiqué des responsables français.

La mission prévue d’avril à mai se produira juste avant la fin de la période de maintenance du Charles de Gaulle. Les pilotes français effectueront leur qualification sur porte-avions à bord de l’USS George H.W. Bush. Mais l’objectif est d’aller au-delà que des qualifications ou d’un simple échange de pilotes, a déclaré le capitaine de vaisseau Jean-Emmanuel Roux de Luze, attaché naval français aux Etats-Unis.

« Nous voulons démontrer notre capacité à nous intégrer dans une force militaire américaine, » explique le commandant Roux de Luze. « Nous voulons montrer que nous faisons la maintenance, que nous pouvons charger des armes. »

Des chasseurs Rafale Marine et des avions de guet aérien Hawkeye E-2C seront d’abord basés à la base aéronavale d’Oceana, à Virginia Beach. Les marins américains travailleront avec leurs homologues américains pour entretenir les avions, indique le commandant Rouz de Luze. Le détachement français embarquera ensuite à bord du porte-avions Bush et opéreront au sein de l’aviation embarquée.

L’accord permettant d’envoyer des avions et des marins français aux Etats-Unis avait été annoncé en décembre lors de la visite de l’amiral John Richardson, CNO, à Paris.

Lors d’une conférence mercredi, le commandant Rouz de Luze a expliqué que c’est grâce aux opérations communes que se forge la confiance entre marins, en montrant que chacune peut travailler avec l’autre. Avec l’US Navy, a-t-il souligné, les technologies utilisées, les procédures, les moyens de communication sont pratiquement tous les mêmes.

« Aujourd’hui, nous sommes interopérables à 95%, » indique le commandant Rouz de Luze said. « Notre inquiétude est de savoir si, dans 10 ans, dans 15 ans, nous seront capable de travailler comme ça. »

« A cause de sa taille et de sa puissance, l’US Navy n’a pas vraiment besoin de nous et n’a pas besoin de l’aide d’autres marines, » souligne le commandant Rouz de Luze. Mais politiquement, les Etats-Unis ont besoin de faire parti d’une coalition ou d’une opération de l’OTAN parce que cela donne de la légitimité à leur action. Pour tous les autres, les coalitions sont nécessaires à la fois sur le plan politique et militaire.

« Nous savons qu’à l’avenir, nous devrons travailler avec d’autres marines. Donc, nous avons besoin de savoir comment opérer avec d’autres marines, » a expliqué le commandant Rouz de Luze.

Référence :

US Naval Institute