DCNS n’a pas à se prononcer sur les choix fondamentaux, mais il nous appartient de les éclairer. L’essentiel est que nous restions compétents pour savoir en construire un. Nous avons 400 compétences chez DCNS, dont 30 sont « orphelines », c’est-à-dire qu’elles n’ont aucune autre application dans le civil ou à l’exportation. Deux d’entre elles sont critiques : la propulsion nucléaire et les installations aviation.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

Secret Défense