L’Union européenne a réduit le champ d’action de sa mission Sophia de lutte contre le trafic de migrants en Méditerranée, sous la pression du gouvernement italien, en la limitant officiellement mercredi à des patrouilles aériennes et à la formation des garde-côtes libyens.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

La Presse Canadienne