C’est finalement en 2023 que la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français de troisième génération (SNLE 3G) devrait débuter. Celle-ci se déroulera sur le site Naval Group de Cherbourg, qui a lancé son dernier SNLE, Le Terrible, il y a 10 ans. Avant cela, l’industriel, qui travaille depuis plusieurs années déjà sur ce programme majeur, sera mobilisé à partir de 2020 sur les études détaillées des futurs bâtiments.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

Mer & Marine