L’exercice BRILLIANT MARINER 17, exercice majeur de l’OTAN conduit par la Marine nationale, se déroulera du 29 septembre au 13 octobre 2017 en Méditerranée. Cet exercice réunit 13 nations, 3500 militaires et une trentaine d’unités (bâtiments, sous-marins, aéronefs).

BRILLIANT MARINER 17 s’inscrit dans le cycle de préparation de la Nato Response Force (NRF), qui est une force multinationale à haut niveau de préparation, composée d’éléments des armées de terre, de l’air, de la marine et des Forces Spéciales.

Ces composantes sont capables d’agir rapidement, partout où cela s’avèrerait nécessaire, face à l’ensemble des menaces et d’apporter ainsi une réponse à la gestion de crises liées à la sécurité et à la défense collective des membres de l’OTAN. Cet exercice est la dernière étape avant que la France n’exerce le commandement de la composante maritime (maritime component command : MCC) de la NRF en vue de sa prise d’alerte en 2018.

Le scénario, développé à partir d’une situation de crise impliquant un des pays de l’OTAN, inclura des opérations maritimes dans tous les domaines de lutte, les unités évoluant dans un environnement soumis à de multiples menaces. BRILLIANT MARINER 17 va donc entraîner l’ensemble des participants à la gestion de crise de haute intensité, en mettant l’accent sur le caractère expéditionnaire d’un déploiement de la NRF.

La France prendra le commandement de la composante maritime de la NRF à compter du 1er janvier 2018, pour une durée d’un an. C’est la 4ème fois que la Marine nationale assumera l’alerte du commandement de la composante maritime de la NRF depuis 2007.

A ce jour, seuls 5 pays ont la capacité d’assurer la capacité de commandement d’un MCC : le Royaume-Uni (UKMARFOR), l’Espagne (SPMARFOR), l’Italie (ITMARFOR) et les Etats-Unis (STRIKEFORNATO).

Le contre-amiral Olivier Lebas, commandant la Force aéromaritime de réaction rapide française (FRMARFOR), exercera le commandement des unités engagées pendant l’exercice.

Cette préparation opérationnelle est en outre une opportunité d’entraîner à très haut niveau l’état-major embarqué les équipages aux méthodes de travail otaniennes, méthodes appliquées chaque jour en opérations.

Source : Marine Nationale