Le secrétaire espagnol à la défense, Agustín Conde, a expliqué jeudi devant le Congrès des Députés que le budget actuellement prévu pour le programme S-80, environ 2,135 milliards €, ne permettra finalement de payer que la construction du premier exemplaire, le S-81 Plus. « Terminer la construction des autres sous-marins prévus nécessitera d’augmenter le budget d’un montant sur lequel le ministère et Navantia ne se sont pas encore mis d’accord, » a-t-il annoncé.

Lors de son intervention devant la commission de la défense, il a affirmé qu’il est actuellement prévu que le 1er sous-marin soit livré à la fin 2021.

Le secrétaire à la défense a ajouté que la livraison des 3 autres sous-marins « fait actuellement l’objet d’analyses entre le ministère et le chantier naval. Elle aura probablement lieu entre 2023 et 2026. » A cause des modifications de conception et des retards accumulés, il a expliqué qu’« il est nécessaire d’adapter le rythme de construction à la situation réelle, y compris le budget du programme. »

A ce jour, le budget attribué au programme S-80 est de 2,135 miliards €, sur lequel 1,774 milliard € a déjà été payé.

Le secrétaire à la défense a rappelé les principaux problèmes qui sont apparus depuis la commande en mars 2004. Il a rappelé le premier retard en novembre 2005 avec la revue préliminaire du programme, les difficultés avec la fabrication des sections de coque résistance en 2008, le nouveau calendrier défini en 2010 et 2011 et l’écart de poids et la redéfinition définitive entre 2013 et 2016.

« Les circonstances antérieures ont entraîné le besoin de revoir entièrement la conception du sous-marins. Ce qui a forcé de lancer un nouveau processus, la revue des besoins et de nouvelles modifications de calendrier, » a-t-il rappelé.

Depuis la revue critique de conception de l’an dernier, et malgré les difficultés, Le secrétaire à la défense a indiqué que « le programme S-80 est considéré comme viable sur le plan technique » et il a espéré que « avec un financement adapté, il assurera une charge de travail suffisante aux 800 entreprises espagnoles impliquées dans sa construction. »

Référence :

Info Defensa (Espagne)