Le contrat signé par le chantier naval allemand ThyssenKrupp pour la construction de 3 sous-marins destinés à la marine israélienne pourrait être contrarié par des accusations de corruption et de lobbying inapproprié.

La police israélienne a ouvert une enquête sur des allégations en relation avec un contrat attribué au chantier allemand ThyssenKrupp en vue de construire des corvettes et des sous-marins pour la marine israélienne.

Ces allégations n’auraient pas pu apparaitre à un pire moment pour ThyssenKrupp, ou pour la construction navale allemande.

Les chantiers navals de ThyssenKrupp à Kiel se préparent à commencer la construction du prochain sous-marin israélien. Celui-ci, qui devrait être livré dans 2 ans, doit être baptisé Dakar. Mais il parait de moins en moins probable que la livraison puisse intervenir à la date prévue. Une dispute sur les couts a déjà retardé le Dakar.

Des sources du journal allemand Handelsblatt expliquent qu’il semble de plus en plus probable que les contrats pour 3 sous-marins supplémentaires qui devaient être construits après le Dakar soient aussi annulés suite à des allégations de corruption. Cela signifierait que le Dakar serait le dernier navire israélien à sortir des cales de Kiel dans un avenir prévisible. Cela pourrait être le coup de grâce pour les chantiers, qui ont récemment raté un gros contrat pour construire des sous-marins en Australie.

Le Dakar a été retardé parce qu’Israël veut intégrer des systèmes d’armes supplémentaires, ce qui ne peut être fait qu’en changeant les dimensions du sous-marin. Et ThyssenKrupp et la marine israélienne sont en désaccord sur qui devrait payer pour ces changements, ont indiqué des sources.

Israël a attribué ces contrats pour des corvettes et des sous-marins à ThyssenKrupp sans passer par un appel d’offres international.

Référence :

Handelsblatt (Allemagne)