Ancien porte-avions russe resté inachevé à la fin de l’ère soviétique, terminé par le chantier de Dalian et livré en 2012, le Liaoning, premier porte-avions chinois, monte progressivement en puissance. Pékin estime que le bâtiment présente, désormais, « une réelle capacité de combat ». Pour autant, même si la propagande de l’Armée Populaire de Chine, relayée par de nombreux media, le présente comme « prêt à se battre », son niveau opérationnel est loin d’être évident, qu’il s’agisse de sa puissance militaire réelle et de la capacité de son équipage à le mettre en œuvre, ainsi que son groupe aérien embarqué, dans une opération de guerre.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

Mer & Marine