L’Indonésie est en discutions avec la Russie pour l’achat de sous-marins de la classe Kilo. Le pays augmente ses capacités de dissuasion en anticipant d’éventuels conflits régionaux.

Le ministre indonésien de la défense, Purnomo Yusgiantoro, a annoncé vendredi qu’une équipe de responsables, conduite par le chef d’état-major de la marine, l’amiral Marsetio, irait en Russie à la fin du mois pour évaluer les capacités techniques du chantier naval.

« Nous prévoyons un renforcement massif de notre flotte sous-marine, » a expliqué Purnomo dans une conférence de presse, après une réunion d’une heure avec l’ambassadeur de Russie, Mikhail Galuzin.

Purnomo a précisé qu’il ne pouvait pas donner plus de détails puisque le ministère attendait le rapport de l’amiral Marsetio. « Au vu de son rapport, nous pourrons décider soit d’acheter des sous-marins neufs, soit de moderniser des sous-marins d’occasion. »

Selon l’amiral Marsetio, la marine indonésienne a besoin d« ’au moins un sous-marin pour couvrir chaque point stratégique de passage. »

Il a précisé que, au total, le pays avait besoin d’un minimum de 12 sous-marins, comme cela est indiqué dans la Minimum Essential Force strategy.

Le ministère a refusé de préciser le montant alloué à l’achat des sous-marins.

L’achat de ces sous-marins interviendrait en plus des 3 sous-marins U-209 actuellement en construction en Corée du Sud et en Indonésie.

Ces 3 U-209 seront livrés entre 2015 et 2016, et viendront s’ajouter aux 2 sous-marins Kilo déjà en service, achetés en 1978.

Le ministre Purnomo a expliqué que l’intérêt du ministère pour les sous-marins russes reposait principalement sur leur système de missiles de croisière, d’une portée de 300 à 400 km.

Le ministère envisage aussi d’acheter d’autres armements pour équiper les sous-marins existants, comme le système de missile Klub-S ou le missile anti-navires Yakhont.

Les nouveaux sous-marins seront basés dans une nouvelle base à Palu (Sulawesi), dont seuls 2,8 hectares ont pour l’instant été utilisés sur les 13 disponibles.

Référence :

Jakarta Post (Indonésie)