Alors qu’il avait remporté un appel d’offres pour vendre des sous-marins U-209 à l’Indonésie, un chantier naval sud-coréen a décidé d’augmenter unilatéralement de 300 millions $ le prix demandé. Une proposition commune turco-allemande pourrait dès lors être relancée.

Le consortium turco-allemand associé pour répondre à l’appel d’offres lancé par l’Indonésie pour la construction de sous-marins, attend la réaction de Djakarta après que leur rival sud-coréen ait augmenté le prix demandé de 300 millions $, a indiqué un responsable turc.

Le 22 décembre dernier, le chantier naval Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering avait annoncé avoir remporté l’appel d’offres lancé par l’Indonésie pour la construction de 3 sous-marins U-209, pour un montant de 1,1 milliard $. Mais début février, la compagnie a déclaré à son client indonésien que le prix était trop bas et qu’elle l’augmentait unilatéralement à 1,4 milliard $.

« Dans le même temps, nous avons présenté le 7 février notre meilleure offre aux Indonésiens. Maintenant, nous attendons leur décision, » a expliqué un responsable turc. « Nous pensons avoir une chance. »

L’an dernier, la Corée du Sud avait remporté le contrat indonésien. Mais un partenariat turco-allemand a déposé au dernier moment une offre concurrente. Cependant, Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering a remporté le marché. Puis, est venue la décision du chantier sud-coréen d’augmenter son prix.

L’amiral Agus Suhartono, chef d’état-major des forces armées indonésiennes, s’est rendu en Turquie à la fin février. Il a déclaré à ses interlocuteurs d’oublier le U-209 et de proposer à la place le U-214, plus moderne.

« La situation de l’appel d’offres pour des U-209 est complètement inconnue, maintenant que Daewoo a augmenté ses prix. Nous et les allemands de HDW avons déjà donné notre prix. Nous attendons la réaction de l’Indonésie, » a indiqué le responsable turc.

La Turquie dispose d’une licence accordée par HDW pour vendre des U-209 à des tiers. Elle prétend que la compagnie sud-coréenne n’a pas le droit de vendre ces sous-marins à des tiers.

Référence :

Hurriyet Daily News (Turquie)